Noël, depuis ma naissance, donnait lieu à un grand repas de famille chez mon grand-père, Maurice. Ce moment de retrouvailles avec mes frères, cousins et cousines où, ravis de nous retrouver, nous faisions un comparatif des cadeaux que nous avions reçus. Cette journée de l’année où nous oscillions entre grande euphorie et chamailleries. Où nous mangions beaucoup trop, jusqu’à n’avoir plus faim et décider de quand même reprendre une part de bûche et des papillotes en chocolat… parce que bon, c’est quand même pas tous les jours…

Et puis, mon grand-père est mort. C’est dans l’ordre des choses bien sûr. Mais une fois la douleur et l’acceptation passée, ce premier Noël après son décès a soulevé une question non anticipée à ma famille : « On fait comment maintenant ? ». Le décès de mon grand-père ne voulait pas seulement dire la fin de moments de partage avec lui. Le décès de mon grand-père signifiait aussi la fin d’un certain nombre de rituels et de traditions pleinement établies au sein de ma famille, Noël compris.

Des idées pour se souvenir du défunt à Noël

J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog, la période des fêtes fin d’années est particulièrement difficile pour ceux qui ont perdu un proche.

Alors même que l’esprit de fête semble prédominer pour tous ceux qui l’entourent, en tant qu’endeuillé, on se sent submergé d’autres choses plus complexes : poursuivre la gestion des tâches administratives, penser au devenir des effets personnels du défunt, penser encore et encore à lui. Prendre conscience que c’est aussi dans des moments de fête importants qu’il ne sera plus là.

Si vous aussi vous pensez que ce premier Noël après le décès de quelqu’un que vous aimiez sera difficile, nous vous proposons d’organiser des temps pour penser à cette personne.

Ces idées me sont venues de vous, lecteurs mais aussi des personnes qui ont réalisé des livres Une Rose Blanche au cours des derniers mois. Un grand merci à tous de me les avoir partagées.

1. Organiser un temps de recueillement

Un peu comme nous guidons les personnes qui réalisent un livre de souvenirs Une Rose Blanche, la réunion de famille peut être l’occasion d’organiser un moment de partage en souvenir du défunt.

Tour à tour, les membres de la famille qui le souhaitent partagent à voix haute un souvenir, un mot qui leur rappellent l’être aimé. « Ce que je préférais le plus chez Mamie, c’est…. » « Mamie était toujours… » « La dernière fois que j’ai vu Mamie, elle m’a dit… » « Je voudrais lire ce poème en souvenir de Mamie… »

2. Se souvenir du défunt en musique

Si la parole ne fait pas partie de la culture de votre famille, écouter une musique que votre proche aimait peut aussi être une manière de sentir sa présence m’a raconté Nadia : « Ma mère était fan de Francis Cabrel, alors pendant la préparation du repas, plutôt que d’écouter les chants de Noël, je suis allée sur Youtube et j’ai réécouter ses titres préférés. J’avais l’impression que la mère était à nouveau à mes côtés. »

3. Regarder des photos de famille

Mes clients ayant réalisé un livre Une Rose Blanche au cours des derniers mois, Laure et Caroline en particulier, m’ont dit à quel point cela les réconforterait au moment de Noël.

« Ma fille Lucile a découvert que son grand-père avait fait son service militaire en Algérie par le biais du livre » m’a raconté Nathalie.

Pouvoir feuilleter le livre en famille, distribuer des exemplaires à ceux qui n’en avaient pas encore, répondre aux questions des plus jeunes sur les personnes présentes sur les photos. Le livre de souvenirs est un cadeau riche en émotions et joue un rôle symbolique sur la transmission d’une histoire de famille. « Ma fille Lucile a découvert que son grand-père avait fait son service militaire en Algérie par le biais du livre » m’a raconté Nathalie.

Christian, qui m’a contacté il y a deux semaines, a une démarche différente : « Nous avons beaucoup de photos de famille dans les cartons du grenier. Maintenant que nous parents ne sont plus là, les séparer entre frères et sœur serait trop difficile. Nous allons profiter d’être réunis à Noël pour y mettre de l’ordre, sélectionner les photos que nous souhaitons garder dans le livre et en garder une trace… Trace que nos enfants seront sûrement contents de redécouvrir dans quelques années. »

4. Allumer une bougie ou faire une boule de Noël en souvenir du défunt

Béatrice m’a raconté cette initiative simple et belle. Suite au décès de sa mère, c’est elle qui a organisé le « premier Noël sans maman ». Entourée de deux frères qui expriment peu leurs émotions, mais aussi de neveux et nièces qui posent beaucoup de questions, elle a souhaité briser le tabou de l’absence dès le début de la soirée.

Peu après leur arrivée près du sapin, elle leur a fait part de son idée : « J’ai allumé une petite bougie près du sapin en mémoire de maman, afin qu’elle soit un peu parmi nous ce soir ».

boule-noel-deuil-defunt

Sur un site spécialisé en articles de Noël, j’ai aussi trouvé une initiative touchante de boule de Noël en hommage au défunt. Par cet objet symbolique, on pense au défunt. Et, selon les croyances de chacun, on se dit peut-être qu’ils veillent eux aussi un peu sur nous.

Photo de l’article : Chad Madden