Le décès d’un proche est une épreuve à laquelle on n’est jamais pleinement préparé. Notre relation au défunt, notre âge, notre vécu personnel, les circonstances du décès sont autant d’éléments qui vont faire que le deuil va être vécu différent d’une personne à l’autre. Chaque deuil est unique. Pourtant, connaître les étapes du deuil peut permettre de mieux comprendre le processus de deuil et d’être à l’écoute de ce que l’on vit.

En 1960, la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross établit le modèle d’un deuil en 5 étapes. Il permet de d’analyser les phases par lesquelles nous pouvons passer lorsque nous sommes en deuil.

E. Kübler-Ross a initialement pensée cette théorie mondialement célèbre au sujet des personnes qui apprennent leur propre mort prochaine ; mais cette théorie a ensuite été étendue à toute forme de perte catastrophique, dont le décès d’un proche. 

Les étapes du deuil
Les étapes du deuil

Pourquoi est-ce important de connaître les étapes du deuil ?

Connaître les différentes phases par lesquelles on est susceptible de passer lors d’un deuil permet de mieux comprendre ses propres émotions, et ainsi de mieux les accepter.

Comprendre ces périodes, et savoir quelles sont les émotions qui leur sont associées, est un moyen de réaliser que ce que nous vivons est normal, et de nous rassurer : cela ne durera pas éternellement.

Ces étapes du deuil permettent aussi de mieux comprendre ce que peut traverser un ami en deuil, pour pouvoir mieux l’aider à traverser cette épreuve. 

Quelles sont les 5 étapes du deuil ?

1) Le choc, le déni

Au cours de la première phase, l’endeuillé est sous le choc, et perd contact avec la réalité. C’est une période de sidération, durant laquelle il est difficile de réaliser la réalité de la perte ; les émotions semblent effacées. L’endeuillé peut se sentir détaché, comme dans une bulle, et refuse d’accepter la perte qu’il vient de subir. Cette phase de déni, au cours de laquelle l’endeuillé refuse de croire à la mort, est généralement assez courte.  Ce déni est un mécanisme de défense de notre corps pour nous protéger de la réalité.

2) La colère

La deuxième étape est une phase durant laquelle l’endeuillé en veut au monde autour de lui. Il cherche un responsable à blâmer. C’est une période de questionnement, et de recherche, on cherche ce qui a pu être la cause du décès. Cela peut être une période de rancoeur envers l’être aimé, parce qu’il nous a quitté, une rancoeur envers la vie et les circonstances, envers le personnel médical, envers les autres personnes qui retournent à une vie normale… Ce peut également être une période de culpabilité : on peut s’en vouloir à soi-même et se blâmer pour la perte de l’être cher. 

Lisez aussi :  Après le suicide d’un proche, lire ces livres pourra vous aider

3) Le marchandage

La troisième période est celle du marchandage. Elle est faite de négociations et de chantages. L’endeuillé peut également blâmer les autres pour la perte subie, et trouve des moyens pour compenser la situation. On tente de négocier avec la réalité pour essayer de donner du sens à ce qui n’en a pas. Cela se fait par exemple en se tournant vers la spiritualité.

4) La dépression, la tristesse

Vient ensuite l’étape de la détresse. C’est le moment le plus compliqué à gérer, l’endeuillé peut avoir l’impression qu’on ne s’en sortira jamais. C’est à ce moment qu’il réalise réellement la perte, la tristesse le rattrape et s’accompagne d’une perte de moral et d’un grand désespoir. Cette phase intense et compliquée peut aboutir à une dépression (manque d’énergie, problèmes de sommeil, tristesse, perte d’intérêt, diminution de l’estime de soi…). La souffrance est immense, l’endeuillé n’arrive plus à vivre sa vie normale, car l’idée de la perte est omniprésente. 

Si cette étape dure dans le temps, il peut être recommandé de consulter un psychologue.

5) L’acceptation

La dernière phase du deuil est l’étape de l’acceptation de la réalité de la perte. On accepte le deuil de notre vie avec le défunt, on est capable de s’habituer à la nouvelle réalité.  La douleur devient peu à peu moins vive, s’atténue, et permet une reconstruction de l’endeuillé, qui se réconcilie avec la réalité, et retrouve petit à petit sa vie normale.

Comment se repérer par rapport à ces 5 étapes du deuil ?

Ce deuil en cinq étapes est un modèle, qui permet de mieux comprendre ce que vit une personne en deuil, mais cela ne veut pas dire que ces étapes sont inévitables et universelles. Chaque deuil est unique. L’intensité de la douleur, le degré de souffrance, la durée de la peine… ces éléments varient en fonction des personnes, de leur situation, de leur entourage, de leur âge, et de leur proximité avec le défunt. Ainsi, un enfant de 6 ans ne traversera pas son deuil de la même manière qu’une personne de 75 ans. 

Lisez aussi :  Vivre la Toussaint autrement
Courbe étapes du deuil
Source : Dynamique-mag

La plupart des endeuillés passent par les mêmes étapes, c’est pourquoi il est intéressant de savoir les décrypter, mais ce ne sont pas des mécanismes fixes, on peut ainsi sauter des étapes, ou les traverser dans un ordre différent. Cela peut s’étaler sur quelques semaines ou sur plusieurs années. 

Conseils pour traverser les étapes du deuil 

Il n’y a évidemment pas de “recette miracle” pour traverser un deuil, mais il existe des moyens de le vivre de la manière la plus paisible possible. 

Consulter un thérapeute peut être un bon moyen de vous aider à traverser cette période. N’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel si votre deuil est trop douloureux, il saura vous aider à mieux vivre votre deuil. 

Pour mieux traverser le deuil, il est important d’exprimer ses émotions. Exprimer ce que vous ressentez permet d’extérioriser vos sentiments, de poser des mots dessus pour mieux les comprendre et les accepter. Il existe plusieurs manière d’exprimer ce qu’on ressent : si vous n’arrivez pas à les dire, vous pouvez les écrire, ou les dessiner… Dans ce processus, créer un livre Une Rose Blanche permet de partager ses souvenirs avec vos proches et de ne pas vivre seul cette épreuve.

Enfin, n’hésitez pas à demander de l’aide autour de vous. Vos amis sont souvent démunis et ne savent pas comment vous aider, ce n’est pas pour autant qu’ils vous abandonnent. Si vous avez besoin de leur écoute, de leur présence, n’ayez pas peur de leur demander le soutien dont vous avez besoin.

Photo de l’article ! John Mark Arnold (Unsplash)