Aller au cimetière se rendre sur la tombe d’un proche disparu : voici un des rituels de deuil les plus universellement partagés, quelles que soient les religions.

Les monuments funéraires, ou sépultures, permettent en effet aux familles et proches du défunt qui y repose d’avoir un lieu commémoratif propre et unique.

Ces lieux sont également représentatifs des vivants qui peuvent y laisser des plaques funéraires, objets de souvenir et l’entretenir pour matérialiser leur processus de deuil. C’est lors d’une balade au cimetière du Père Lachaise que l’équipe d’Une Rose Blanche s’est intéressée au rôle que jouent les monuments funéraires dans le processus de deuil. Nous avons échangé avec un salarié de “France Tombale” pour en savoir plus sur le sujet.

sépulture dans le processus de deuil

La sépulture comme lieu de recueillement

Se recueillir à plusieurs autour de la sépulture

Si le choix du monument funéraire ou de la pierre tombale est si important, c’est car il se présente dès les funérailles comme un espace de recueillement pour tous en mémoire du disparu. Ainsi, famille proche, éloignée, amis et connaissances peuvent venir se recueillir près de la sépulture et ainsi communier de la manière qu’ils souhaitent avec le défunt. Ils peuvent également se retrouver entre eux pour discuter tout en respectant les lieux et échanger sur la personne qui leur est chère et près de qui ils se retrouvent.

Cela représente une solution thérapeutique pour beaucoup, sur le court-terme comme sur le long-terme. 

Venir seul visiter la tombe

Chacun peut se rendre individuellement sur la sépulture pour des moments privilégiés, lors d’anniversaire ou pour commémorer un souvenir. Ces moments propices à la décoration de la stèle permettent de matérialiser les sentiments éprouvés à l’égard du défunt. Ainsi, le processus de deuil est facilité puisqu’il est exprimé au travers de rencontres et articles funéraires, éléments essentiels dans l’évolution de celui-ci. 

Les monuments funéraires, représentatifs des défunts comme des vivants

Un endroit représentatif du défunt

Dans le cas où le monument funéraire est choisi par le défunt ou sa famille, il est souvent représentatif de l’esprit et de l’histoire du disparu.

De nombreuses gravures et ornementations existent à cet effet : par exemple, certaines plaques peuvent afficher un poisson pour quelqu’un qui aimait pêcher, des objets de sports si le défunt en pratiquait… La fonction au travail peut également être représentée et offerte par les collègues.

sépultures dans le processus de deuil

Outre les plaques, certaines stèles peuvent également revêtir ces attributs grâce à une personnalisation plus poussée et précise. Il existe, par exemple, des tombes paysagères comme le propose l’entreprise infiniflore. Le marbrier qui s’occupe de la création du monument vous aidera dans la personnalisation de celui-ci, pour qu’il soit représentatif du défunt.

Un moment représentatif de sa culture ou de sa religion

Les monuments funéraires peuvent également revêtir des signes religieux pour souligner l’appartenance du défunt à un culte en particulier, d’une grande importance pour respecter les croyances de chacun. Ainsi, les idéologies de tous, selon les religions, permettent à l’esprit du défunt de vivre infiniment selon ces préceptes. 

Un moment qui réconforte “ceux qui restent”

Même si le monument funéraire est la dernière demeure du défunt, on parle souvent de l’importance qu’elle a pour ceux qui restent.

En effet, elle permet aux vivants d’entretenir une relation intime et de matérialiser ces sentiments au-delà des obsèques, et ainsi permettre à ceux qui restent d’avoir un lieu dédié, au nom et à l’être de la personne qui est partie.

Le processus de deuil est plus facile pour les proches. Ils ont accès à un lieu de recueillement propre et un endroit ou la communion avec le défunt est possible, personnelle et en toute sérénité.

5/5 - (2 votes)

Lisez aussi :  Comment Une Rose Blanche accompagne les entreprises lors du décès d’un collaborateur