contrat-assurance-obseques

Et pourquoi moi, Pauline, fondatrice d’Une Rose Blanche, me suis-je posée des questions sur le contrat obsèques ?

Pierre a 82 ans, c’est le voisin de mes parents. La dernière fois que je suis allée leur rendre visite, il a insisté pour me parler. Il voulait se renseigner « parce que comme tu as travaillé dans les assurances, tu pourras me dire ».

Deux semaines plus tôt, son banquier l’avait appelé pour faire le point sur ses contrats. Lors du rendez-vous, on lui a présenté les nombreux avantages d’un contrat d’assurance obsèques. Il n’osait pas trop poser de questions, ou voulait tout simplement pour être tranquille (je ne sais pas vraiment pourquoi finalement!). Pierre a signé.

Il en a parlé à un copain du club de belote, un « jeune » de 72 ans, qui s’est moqué de lui en disant que ça ne servait à rien. Résultat, Pierre était catastrophé, avec carrément l’impression de s’être fait arnaquer. Alors pour le rassurer, je lui ai dit : « Tu as fait le bon choix Pierre, c’est très bien vis-à-vis de tes enfants de prévoir ces choses-là ». Mais je n’en était pas si sûre.

 
Alors pour le lui reconfirmer, je me suis dit que j’allais m’intéresser de plus près à cette question : un contrat obsèques, c’est quoi au juste ?

Qu’est-ce qu’un contrat obsèques ?

Un contrat obsèques permet à une personne de régler, de son vivant, le coût, et, éventuellement, le déroulement de ses funérailles. Les proches du défunt sont ainsi déchargés du financement des obsèques et évitent quelques soucis liés à leur organisation. Ils peuvent être de 2 ordres :

  • Les contrats en capital : ils prévoient uniquement le versement d’un capital à une personne que l’on désigne pour s’occuper de l’organisation de ses funérailles le moment venu, proposés par les banques et les assurances.
  • Les contrats en prestations : ils permettent d’anticiper les obsèques en émettant des vœux sur la manière d’organiser celles-ci. Ce qui facilite ainsi le choix aux proches (nom de l’entreprise de pompes funèbres, choix entre inhumation et crémation…).
Lisez aussi :  Préparer la musique pour les funérailles : 4 questions pratiques à se poser

Les avantages

Les avantages de l’assurance obsèques sont multiples :

  • Une facilitation financière pour les héritiers (coût moyen de 5000€ en France). La somme à débourser est importante. Les héritiers, lorsqu’ils sont multiples (enfants, fratrie…) peuvent avoir des avis différents.  Une divergence de points de vue sur la manière de faire, le budget à allouer et le partage des frais.
  • Une libération rapide des fonds pour régler les pompes funèbres. Nous versons directement les fonds à l’entreprise choisie dans les jours suivant le décès.
  • Une possibilité d’exprimer des vœux en termes de funérailles souhaitées, a minima dans les grandes lignes (ville, crémation ou inhumation).
  • Des services d’assistance compris dans le cadre de certains contrats (aide aux démarches administratives, aide ménagère, ligne d’écoute et de soutien psychologique). Préviséo Obsèques, l’assistance du Crédit Agricole, offre également par exemple un livre en hommage au défunt à ses héritiers.

   –

Les inconvénients

Les inconvénients de l’assurance obsèques tiennent plutôt à leur objet : il s’agit de prévoir ses obsèques et non de placer de l’argent

  • Peu de contrats assurent que les prestations prévues seront effectuées sans aucun surcoût si les tarifs des prestataires ont augmenté entre la date de la souscription et celle de la disparition. Conséquence pour la famille : un possible reste à charge allant de quelques centaines d’euros à quelques milliers d’euros.
  • Il n’existe pas d’obligation pour les héritiers d’utiliser la somme allouée par le défunt pour l’organisation des obsèques, qui peuvent la verser sur leur compte. Dans ce cas, nous prélevons les frais d’obsèques sur la succession.
  • Une faible rémunération des capitaux sur ce type des contrats. Contrairement à un contrat d’assurance vie, il ne s’agit pas d’un placement financier très intéressant. Il est donc préférable d’apporter le montant total du capital en une seule fois pour que celui-ci soit revalorisé. Depuis 2013, une quote-part minimale de revalorisation annuelle de ces contrats est imposée par la loi. Celle-ci se mesure en fonction des résultats financiers dégagés par les actifs en représentation.
  • Un âge limite de souscription souvent fixé à 85 ans. Ne vous en inquiétez pas trop tard.
Lisez aussi :  Comment donner du sens à des obsèques non religieuses ?

Quelques articles pour aller plus loin avec des conseils et points d’attentions.

Qui peut vendre des contrats d’assurance obsèques ?

Les banques (Crédit Agricole, La Banque Postale…) sont les principaux acteurs qui commercialisent ce type de contrats.

Les assureurs peuvent être des instituts de prévoyance (AGR2R…) et des mutuelles (Mutac, Macif…). Les compagnies d’assurances (Aviva, Axa, Generali…) sont également habilités à le faire.

La plupart des sociétés de pompes funèbres proposent des contrats, principalement sous les marques « Le Vœu Funéraire » et « Fape obsèques ».

En synthèse, qu’est-ce qu’un contrat obsèques ?

Le contrat d’assurance obsèques n’est pas un contrat d’assurance classique (puisque le risque de mourir est de 100%). Il n’est pas non plus un placement financier (comme le serait un contrat d’assurance vie).

Le contrat obsèques est avant tout une solution facilitatrice pour vos héritiers, à condition bien sûr de leur dire que vous y avez souscrit. Elle n’est pas indispensable si :

  1. Vos proches ont les moyens d’avancer l’argent en attendant la succession,
  2. Qu’ils s’entendent bien entre eux
  3. Et que vous avez partagé vos souhaits avec eux (crémation/inhumation, lieu où ils souhaitent reposer, cérémonie religieuse ou non…)

Réunir ces 3 conditions vous paraît peut-être aisé à l’heure où vous lisez cet article. Avec le temps et l’émotion générée par votre décès, prendre des décisions aussi lourdes sera difficile pour vos proches. Plus vous avez préparé ces choix, plus il sera aisé pour eux. Ils respecteront vos dernières volontés et pourront commencer leur deuil le coeur apaisé.

Photo : Aaron Burden