soutenir-un-ami-en-deuil

Comment soutenir un ami en deuil ?

Commencer à écrire un SMS. L’effacer. Avoir peur d’être maladroit, ou que le contenu ait l’air de manquer de sincérité. Aller chercher des idées sur internet. Trouver que c’est trop froid. « Non, non, ce message est beaucoup trop cliché. » « Ces propositions ne sont pas du tout personnalisées. Il y en a vraiment qui écrivent ça ? » « Que dire ? ou bien devrais-je plutôt lui rendre visite ? mais je vais la déranger… et puis si je l’appelle, ce sera encore plus compliqué de trouver les mots. »

 

Présenter ses condoléances à un ami est l’une des choses les plus complexes que j’ai eues à faire. Et même si j’ai déjà vécu l’expérience plusieurs fois, je crois qu’on ne s’habitue jamais à cette épreuve. Il n’y a pas de mot ou de méthode magique.

Je ne suis pas experte en la matière mais depuis que j’ai commencé à me pencher sur le sujet, en mars 2017, j’ai lu nombre d’articles sur la manière d’apporter son soutien à un ami en deuil. Les phrases à dire, à ne pas dire… J’ai interrogé dans mon entourage -plus ou moins proche- des personnes qui avaient vécu des expériences diverses. A travers cette petite enquête, j’ai réalisé les nombreux faux-pas que j’avais pu faire et que j’aurais pu facilement éviter. Je vous livre ici les faits sur lesquels tous semblent s’accorder.

5 conseils pour apporter son soutien à un ami en deuil

 

1. Ne ramenez pas les choses à vous

« Ça a été dur pour moi aussi quand j’ai perdu mon grand-père donc je te comprends. » « Je l’aimais aussi donc cette période n’est pas facile pour moi non plus. » En recevant de tels messages, plusieurs personnes m’ont dit avoir le sentiment qu’on essayait de minimiser la douleur qu’elles ressentaient. Chaque personne est unique, chaque deuil est unique et les comparaisons sont souvent assez hasardeuses.

Lisez aussi :  Les morts ont un message pour vous

 

2. Utilisez les lieux communs avec parcimonie

La question des lieux communs a été source de beaucoup de débats. « La vie continue », « Il va rejoindre telle ou telle personne au ciel », « De là où il est, il veillera sur nous tous » etc. A titre personnel, je ne me vois pas écrire ce type de message mais j’ai lu sur des forums qu’il s’agissait de formules souvent employées.

Je me suis fait un avis sur la question d’utiliser ou non ces formules et je crois que cela a beaucoup à voir avec les croyances. Seulement, si vous croyez vraiment à cette forme d’espoir, posez-vous la question des croyances de la personne à qui vous adressez ces paroles.

Un forum a même été créé sur le sujet et recense les paroles maladroites qui peuvent blesser les proches. Il approche les 70 000 lectures depuis 2012 et il est encore alimenté quotidiennement.

 

3. Proposez une aide concrète

Après avoir reçu des dizaines de messages tels que « Si je peux faire quoi que ce soit, n’hésite pas », « Si tu as besoin de parler, fais-moi signe », Anne, qui venait de perdre son conjoint m’a fait part de son agacement. « Je me sentais obligée de répondre, à chaque fois la même chose, un truc nul du type Merci pour ton message, c’est dur mais ça va alors qu’en fait ça n’allait pas du tout. ».

C’est alors que son ami Raphaël lui a proposé de lui apporter des lasagnes « parce qu’il en avait fait trop ». Faire à manger quand on n’a perdu d’appétit est tellement difficile qu’Anne ne mangeait plus depuis 2 jours. Alors ce repas inattendu a été plus réconfortant que 1000 mots.

« Est-ce que tu souhaites que je garde les enfants pendant que tu prépares la cérémonie ? » ou « Je vais faire des courses cet après-midi. Veux-tu que je t’achète quelque chose ? » ou encore « Nous commandons des pizzas demain, tu veux passer à la maison ? » sont autant de gestes d’affection qui soulagent celui que vous essayez d’aider. N’ajoutez pas des problèmes une personne effondrée.

Bien sûr, cela dépendra de votre niveau de proximité avec la personne que vous cherchez à réconforter et de votre capacité à le faire (disponibilité, géographie).

 

4. Privilégiez un support dédié aux condoléances

La praticité et le caractère intimiste, moins formel, des mails et des SMS ne sont pas à démontrer pour soutenir votre ami. Pourtant, comme évoqué plus haut, l’instantanéité de la communication peut mettre la personne qui reçoit le message sous pression.

Envoyer un sms, un mail, ou même un message privé sur Facebook est de plus en plus fréquent dans les situations de décès. Le moyen traditionnel du « livre de condoléances » à la sortie de la cérémonie semble être dépassé. Il présentait pourtant un avantage certain pour les proches. Ces derniers m’ont fait part de leur besoin, ponctuel, disons quelques semaines ou quelques mois après le décès, de relire les messages de soutien et de condoléances qu’ils avaient reçus. Parcourir un recueil à la mémoire de leur défunt peut les aider dans leur processus de deuil à plus long terme.

Lisez aussi :  Fête des mères : être là pour ceux qui n’ont plus de maman

La multiplicité des canaux (téléphone portable, Internet) éparpille les messages reçus, les noie dans un flux d’autres messages et ne permet pas de faire de travail de remémoration ultérieure de l’évènement douloureux passé.

 

soutenir-un-ami-en-deuil-livre-une-rose-blanche

Soutenir un ami en deuil avec Une Rose Blanche

C’est à cette double problématique de digitalisation des usages et de dispersion des messages d’hommages que j’ai souhaité répondre en lançant le service Une Rose Blanche. Ainsi, offrir à votre ami le livre Une Rose Blanche est un geste fort de soutien qui l’aidera dans le processus de deuil. Offert en cadeau pour être réalisé dans les mois qui suivent les obsèques, le livre peut se révéler être une alternative aux fleurs, qui elles, ne resteront pas dans le temps.

 

 

 

Une alternative possible et loin d’être dépassée reste l’envoi d’une carte dès que vous avez connaissance du décès. Un message simple et sincère tel que « Je suis profondément attristé par le décès de Joseph. Toutes mes pensées vont à toi et à ta famille. Condoléances. » sur une jolie carte marquera votre ami et lui permettra de garder une trace de votre affection dans les moments difficiles des mois suivant le décès.

 

5. Enfin, et surtout, ne faites pas « Rien »

Si tous les conseils cités précédemment vous semblent trop compliqués, ne retenez que celui-ci. Montrer sa présence, quel que soit le moyen de contact et les mots, reste souvent préférable à un silence ou une absence de réaction qui pourraient être perçus comme de l’indifférence. Vous-mêmes risqueriez de regretter ce silence et de vous sentir mal à l’aise au moment de croiser la personne dans un autre contexte.

Pas besoin d’être poète ou psychologue, parlez avec vos mots et la personne qui recevra le message n’en trouvera cela que plus sincère. Pour la plupart des personnes qui vivent la perte d’un proche, en particulier si cette perte est soudaine et inattendue, tout geste d’empathie ou message apporte du réconfort.

 


 

Note sur l’auteure : entre cet événement personnel et 2018, Pauline a créé Une Rose Blanche. Elle propose aux personnes endeuillées de réaliser un livre de manière collaborative. Ce livre rassemble des témoignages sur le défunt et aide les proches dans leur travail de mémoire, accompagnant ainsi le deuil.
Pour mieux connaitre le fonctionnement d’Une Rose Blanche, vous pouvez aussi consulter notre FAQ.

 

Photo : Jordan Sanchez