chansons pour se rappeler d'un être cher

Pour vous aider dans votre deuil, nous avons proposons dans cet article une citation et trois différentes chansons pour se rappeler d’un être cher.

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. » Jean d’Ormesson

Cette citation est souvent apposée en préambule des livres Une Rose Blanche. Partager des photos, des souvenirs, des anecdotes sur ceux qui nous ont quitté. Parler d’eux. Penser à eux… C’est un peu aussi les garder à nos côtés.

Plusieurs artistes savent magnifiquement exprimer cette émotion de manque, d’omniprésente pensée pour ceux qui nous ont quitté, mêlée à la nostalgie des moments passés avec eux. Je vous propose d’en découvrir (ou redécouvrir) trois. Trois artistes français, trois styles complètement différents. Leur point commun : réussir à s’exprimer sur le difficile sujet de « la présence des absents, dans la mémoire des vivants« .

  • Nos absents, Grand corps malade
  • Le portrait, Calogero
  • Man down, No money kids (pour ce dernier, les paroles sont en anglais mais la poésie de la vidéo a quelque chose d’universel)

NB : Chaque vidéo est suivie des paroles.

Nos absents, Grand corps malade

« C’est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte, qu’elle crée en nous une présence qui nous rend faible, nous supporte.

C’est ceux qu’on a aimé qui créaient un vide presque tangible, car l’amour qu’on leur donnait est orphelin, il cherche une cible.

Pour certains on le savait, on s’était préparé au pire, mais d’autres ont disparu d’un seul coup, sans prévenir.

On leur a pas dit au revoir, ils sont partis sans notre accord, car la mort a ses raisons que notre raison ignore. Alors on s’est regroupé d’un réconfort utopiste. A plusieurs on est plus fort mais on n’est pas moins triste.

C’est seul qu’on fait son deuil, car on est seul quand on ressent. On apprivoise la douleur et la présence de nos absents. Nos absents sont toujours là, à l’esprit et dans nos souvenirs. Sur ce film de vacances, sur ces photos pleines de sourires.

Nos absents nous entourent et resteront à nos côtés, ils reprennent vie dans nos rêves, comme si de rien n’était.

On se rassure face à la souffrance qui nous serre le cou, en se disant que là où ils sont, ils ont sûrement moins mal que nous.

Alors on marche, on rit, on chante, mais leur ombre demeure, dans un coin de nos cerveaux, dans un coin de notre bonheur.

Nous on a des projets, on dessine nos lendemains. On décide du chemin, on regarde l’avenir entre nos mains. Et au cœur de l’action, dans nos victoires ou nos enfers, on imagine de temps en temps que nos absents nous voient faire.

Lisez aussi :  Les meilleurs podcasts sur le deuil

Chaque vie est un miracle, mais le final est énervant. J’me suis bien renseigné, on en sortira pas vivant. Faut apprendre à l’accepter pour essayer de vieillir heureux, mais chaque année nos absents sont un peu plus nombreux.

Chaque nouvelle disparition transforme nos cœurs en dentelle, mais le temps passe et les douleurs vives deviennent pastelles. Ce temps qui pour une fois est un véritable allié. Chaque heure passée est une pommade, il en faudra des milliers.

Moi les morts, les disparus, je n’en parle pas beaucoup. Alors j’écris sur eux, je titille les sujets tabous. Ce grand mystère qui nous attend, notre ultime point commun à tous. Qui fait qu’on court après la vie, sachant que la mort est à nos trousses.

C’est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte, qu’elle crée en nous une présence qui nous rend faible, nous supporte. C’est ceux qu’on a aimés qui créait un vide presque infini, qu’inspirent des textes premier degré. Faut dire que la mort manque d’ironie. »

Le Portrait, Calogero

« Il mélange au fond de sa tasse
Du miel
Il regarde par le vasistas
Le ciel
A chaque fois que passe un avion
Il se dit que c’est peut-être elle
Qui passe au-dessus de sa maison
On lui a dit qu’elle était au ciel

Il rêve couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin il le fait
Trait pour trait
À partir d’un portrait

Il rêve couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin il le fait
Trait pour trait
À partir d’un portrait

Perdu au fond de sa classe
Il s’emmêle
Il se débat avec le coriace
Pluriel
Puis il explique à sa maîtresse
Pourquoi « parent » ne prend pas d' »s »
Des câlins il en voudrait tellement
Ne serait-ce qu’un par an

Il rêve couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin il le fait
Trait pour trait
À partir d’un portrait

Il rêve couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin il le fait
Trait pour trait
À partir d’un portrait

Il rêve couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin il le fait
Trait pour trait
À partir d’un portrait

Trait pour trait
À partir d’un portrait »

Man Down, No Money Kids

Do you remember my name    
Do you remember my face  
Do you remember the time
And my broken name

Lisez aussi :  Ecrire et mettre en mots ceux qui nous ont quittés pour faire le deuil

I’ll try to save it   
Ain’t got to save my soul    
I lost you homie       
Burned the rest of my bones

Cause you only know

The man is down      
Deep down in my heart
I feel the freeze of the death 
I know he’s dead    
I know he’s dead

For the last time I cry
The death of my star
I know he’ll drive me all along
And i can’t go on  
I can’t go on                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Do you remember my name    
Do you remember my face  
Do you remember the time
And my broken name

I’ll try to save it   
Ain’t got to save my soul    
I lost you homie       
Burned the rest of my bones

Cause you only know

The man is down      
Deep down in my heart
I feel the freeze of the death 
I know he’s dead    
I know he’s dead

For the last time I cry
The death of my star
I know he’ll drive me all along

Do you remember my name    
Do you remember my face  
Do you remember the time
And my broken name

I tried to save it and got to save my soul
I lost you homie burn the rest of my bones

Cause you only know

Vous aussi, qui pensez à un être cher disparu, cliquez ici pour commencer un livre en sa mémoire

Photo de l’article : Annie Spratt