“Recueil de condoléances”, ce mot est pour moi associé à un souvenir assez marquant de ma vie. Il me rappelle le premier décès auquel j’ai fait face étant petite fille, celui de mon grand-père. Je me souviens de toutes ces personnes inconnues, attendant pour signer ce grand cahier mis à disposition de ma famille. 

Ce dont je me souviens aussi, c’est du sentiment étrange que j’avais ressenti au moment où tous les membres de la famille proche se sont réunis pour lire le recueil de condoléances. Mon oncle s’est assis à la table du salon. Il s’est mis à lire à voix haute les noms et prénoms des personnes qui avaient été présentes. Tous les mots étaient très semblables “Sincères condoléances”, “Toutes mes condoléances”, “Merci de bien vouloir recevoir nos plus sincères condoléances”. 

Au milieu de ces dizaines, voire centaines de messages, je me souviens de 2 mots : 

  • Celui de René, le président du club de belote du village, qui avait dépeint en quelques adjectifs un portrait drôle mais tellement fidèle de mon grand-père : “mauvais perdant mais si bon vivant”. Cela m’avait fait sourire tellement cela était représentatif de son caractère.
  • Celui d’une tante éloignée, qui nous invitait à venir découvrir chez elle des photos des années 40 retrouvées dans son grenier et sur lesquelles mon grand-père apparaissait. J’étais encore petite et j’ai commencé avec ce message à appréhender deux notions : le passage du temps et l’héritage qui se transmet à travers celui-ci. 

Et j’avais été déçue que la plupart des gens se limitent à des simples messages de condoléances. J’aurais voulu que tout le monde parle de mon grand-père et participe ainsi à lui rendre hommage. Mais on m’a alors expliqué que la cérémonie d’obsèques servait à rendre hommage. Le recueil de condoléances avait pour sa part vocation à nous soutenir.

Un apprentissage qui a probablement influencé ma manière de concevoir Une Rose Blanche plus de 20 ans plus tard…

 

Qu’est-ce qu’un recueil de condoléances ?

Pour aider la famille dans les jours qui suivent le décès, l’entreprise de pompes funèbres propose de mettre à disposition un recueil de condoléances. Les personnes qui se rendent à la chambre funéraire avant la cérémonie d’obsèques mais aussi celles qui sont présentes le jour de la cérémonie peuvent y écrire un message de condoléances.

Le message de condoléances, écrit à destination de la famille du défunt, montre que l’on prend part à sa douleur. Chacun peut écrire au stylo dans le recueil de condoléances, le livre est ensuite récupéré par la famille et lui apporte du réconfort dans les jours suivants.

Doit-on acheter un recueil de condoléances ?

Il n’est pas obligatoire de disposer d’un recueil de condoléances, mais les pompes funèbres en fournissent en principe un lors des obsèques. Ils coûtent entre 40 à 150 euros en moyenne.

Les limites du recueil de condoléances

  • L’exclusion des personnes ne pouvant pas se déplacer

Le registre de condoléances n’étant mis à disposition que sur le lieu de la cérémonie, il ne permet pas aux proches vivant loin et ne pouvant pas se déplacer d’y inscrire leurs messages de soutien.

  • L’effet “file indienne” pour remplir le recueil le jour J

S’il y a beaucoup de monde lors des funérailles, de nombreuses personnes risquent de ne pas avoir le temps d’y écrire leurs condoléances ; la famille n’aura pas forcément la possibilité de savoir qu’elles étaient présentes.

  • A qui revient le recueil après la cérémonie funéraire ?

Le livre physique est remis à la personne qui a organisé les obsèques. Dans le cas d’une fratrie qui organise les obsèques d’un parent, la question peut se poser : lequel des frères et sœurs peut garder le livre ? Un seul exemplaire étant disponible, le choix de la personne qui conservera le recueil peut s’avérer difficile, voire conflictuel.

 

Les alternatives aux recueils de condoléances

  • Une boite ou un panier pour recevoir des cartes de condoléances

Pour éviter l’effet “file indienne”, on peut inviter les personnes qui souhaitent présenter leurs condoléances à écrire une carte de condoléances en amont. Chacun pourra déposer sa carte dans une corbeille ou une boîte dédiée à cet effet. 

Si les personnes le souhaitent, elles peuvent également y glisser un chèque pour faire un don à une association par exemple. 

Cette alternative permet en outre a posteriori de “répartir” les cartes entre membres de la famille (la carte d’un collègue de Sylvie ira à Sylvie, la carte de la famille du gendre ira à Marc etc.) 

 

  • Les sites en ligne dédiés
Lisez aussi :  Comment rendre hommage lors du décès d’un militaire ?

Il existe aujourd’hui des sites, notamment ceux qui publient les annonces de décès mais aussi certains sites web d’entreprises de pompes funèbres, sur lesquels il est possible d’envoyer des messages lors de la disparition d’un proche.

Attention, ces sites sont souvent ouverts au public. Une simple recherche sur google avec le nom et le prénom du défunt permet de retrouver l’ensemble des messages de condoléances déposés. On connaît mieux en termes de protection des données personnelles… En d’autres termes, ces sites, symboles de l’économie 2.0, financés par la publicité utilisent les données des défunts et de leurs proches pour améliorer leur visibilité et leur référencement.

 

  • Un recueil de témoignages en ligne en vue d’imprimer un/plusieurs livre de souvenirs

recueil-condoléances-une-rose-blancheAvec Une Rose Blanche, tous ceux qui ont connu le défunt peuvent lui rendre hommage en ligne, sur un espace privé ouvert par un proche.

Les personnes invitées partagent un souvenir ou un message de condoléances. Elles sont guidées par des questions afin de faciliter l’écriture et le choix des mots ou des photos.

Une fois ces souvenirs rassemblés, l’équipe d’Une Rose Blanche se charge d’en faire un beau livre que les proches pourront imprimer en 1 ou plusieurs exemplaires. Ce livre  raconte l’amour que l’on portait au défunt ainsi que les moments clefs de la vie qu’il/elle a vécue.

Au-delà d’être un bel objet que l’on a beaucoup d’émotions à avoir entre ses mains, le livre apporte du réconfort à la famille et est un soutien précieux pour traverser le deuil.