A l’approche de la St Valentin, Une Rose Blanche a une pensée particulière pour ceux et celles qui ont des difficultés à ré-aimer suite au décès de leur conjoint.

La Saint Valentin, “fête de l’amour”, célébrée le 14 février et accompagnée de toutes ses publicités “Offrez-lui un bijou, offrez-lui des fleurs, offrez-lui des chocolats, réservez le restaurant”… Une fête commerciale certes mais une fête très célébrée malgré tout. Dès fin janvier, de nombreux couples partagent leur bonheur en photo sur les réseaux sociaux. 

Pour les personnes qui ont fait face au décès de leur conjoint, la St Valentin peut raviver les souvenirs d’une personne aimée, qui aujourd’hui n’est plus là.

“Demain sera pour moi la première St Valentin sans mon amour. Encore une première fois qui fait si mal ! Je préfère ne pas y penser. J’irais juste lui déposer une rose rouge sur sa tombe et lui dire combien je l’aime. Finalement pour lui dire ce que je lui dis déjà chaque jour qui passe.”

Karine

Pourquoi l’idée d’être à nouveau heureux et aimé est-elle si difficile après avoir perdu son conjoint ?

Malgré l’absence du conjoint, l’amour perdure. Si le décès est encore récent, une simple pensée peut vous faire fondre en larmes. Si cela fait plus de temps, le manque peut se faire de plus en plus ressentir. Dormir seul, élever votre enfant seul, ne plus avoir ce confident à vos côtés chaque soir, gérer le quotidien sont autant de moments qui deviennent de plus en plus difficiles.

Alors on commence à mépriser cette fête de St Valentin qu’autrefois on appréciait secrètement. Mais notre mépris cache une irrésistible envie de le fêter à nouveau avec celui qu’on aime.

Comment vivre et réapprendre à aimer après la mort de votre conjoint ?

1. Ne laissez pas votre culpabilité dicter votre vie

La culpabilité vis-à-vis de vos enfants

Certaines personnes refusent de vivre une nouvelle idylle et donc d’aimer après le décès de leur conjoint, à cause de leur(s) enfant(s), de leur(s) réaction(s) et du sentiment de trahison vis-à-vis du parent disparu, qu’ils peuvent ressentir.

La culpabilité vis-à-vis de votre conjoint

Les veufs et veuves peuvent se freiner par culpabilité vis-à-vis de leur conjoint défunt. En retrouvant goût à la vie et en rencontrant de nouvelles personnes, elles ont l’impression infidèles.

“Mon mari est parti il y a 5 ans, il m’a fallu du temps pour admettre que je pouvais avancer sans l’effacer pour autant.

Je vis une nouvelle histoire depuis plusieurs mois maintenant. Je ne pensais pas qu’il me serait possible à nouveau d’ouvrir mon cœur… Avec mon mari, nous étions si fusionnels, des âmes sœurs… Et pourtant un homme merveilleux est entré dans ma vie et je me suis rendue compte que je pouvais de nouveau aimer après le décès de mon conjoint !

Il faut laisser le temps au temps, tout est tellement difficile au début, et on finit par avoir besoin de se sentir vivant… La vie peut prendre de drôle de tournures ! Elles peuvent être magnifiques ou horribles.”

Paule
Avancer ne veut pas dire oublier !

Il est violent de s’imaginer refaire sa vie. Car souvent “refaire sa vie” est synonyme de “tourner la page”. Cependant, se reconstruire ne veut pas dire oublier l’être disparu, le remplacer, ni renier son passé.

Si vous vous sentez entièrement prêt(e) pour un nouveau départ, prenez votre temps et écoutez votre coeur. Il est humain et naturel, d’avoir ce besoin d’aimer, après le décès de votre conjoint(e) mais surtout d’être aimé(e). Après avoir vécu un amour fort, vous ressentez un vide énorme “d’amour”.  

Même si dans les premières semaines, mois, années de votre deuil, retrouver l’amour semble inimaginable, vous tomberez peut-être à nouveau sur quelqu’un qui vous correspond. A ce moment-là, prenez le temps nécessaire pour apprendre à connaitre cette personne. Elle saura peut-être combler le vide que vous avez. 

2.  Ne reniez pas votre passé

Soyez honnête avec vous-mêmes

Après une épreuve aussi difficile que la mort d’un conjoint, avec qui on partageait sa vie, on est désemparé. Au bout du compte, instinctivement et inconsciemment, les personnes endeuillées renient leur passé. Elles essayent d’oublier le bonheur qu’elles ressentaient avec cette personne, la force de leurs sentiments, certains souvenirs, en pensant que cela les aidera à aller mieux. Ce n’est pas parce que la personne est partie qu’il faut laisser partir tous vos souvenirs et votre histoire avec.

Cette relation a compté pour vous, il est donc humain de souffrir. Néanmoins, il faut garder le positif de cette relation. Ne pensez pas à ce vous perdez mais à ce que cette relation vous a apporté. Que ce soit pour vous, pour vos enfants ou pour les personnes que vous rencontrez : assumez votre relation passée et l’amour que vous aviez pour cette personne. 

Continuez à parler de votre conjoint(e) avec vos enfants

Si vous avez des enfants, l’honnêteté est fondamentale. Vos enfants ont besoin de se raccrocher à des souvenirs et de savoir qui était leur parent disparu.

Pour cela, la réalisation d’un livre de souvenirs pour conserver vos meilleurs souvenirs partagés ensemble peut être intéressante. Cela est particulièrement vrai pour les parents qui ne savent pas comment aborder le sujet avec leurs enfants. Le fait de regarder des photos, de partager des souvenirs avec l’objectif concret, matériel, du livre peut faciliter le dialogue avec eux.

Ne cachez pas votre passé aux nouvelles personnes que vous rencontrez

Si vous rencontrez de nouvelles personnes, que ce soit amical ou avec un objectif de bâtir une relation plus sérieuse, être honnête est primordial. Effectivement, cela peut les effrayer mais dans la plupart des cas, cette transparence posera les bases d’une relation solide et rendra les personnes plus compréhensives.

3. Parlez de votre vécu

Parlez pour extérioriser

Il est important durant cette période, de parler. Les autres personnes ne savent pas ce que vous vivez et ne peuvent pas l’imaginer. Elles ne savent donc pas comment se comporter avec vous.

Mal à l’aise par ce sujet, elles vont instinctivement essayer de contourner toute discussion autour de ce tragique événement, alors que pour la majorité des personnes en deuil, vous avez justement besoin d’en parler et d’extérioriser. 

Trouvez de l’aide auprès de vos proches

N’hésitez pas à exprimer vos peurs, vos regrets, vos chagrins, vos contrariétés aux personnes en qui vous avez confiance… Cela vous aidera à vivre ce deuil en vous sentant moins seul(e).

Si vous n’arrivez pas à parler…

Certaines personnes se renferment sur elles car elles ne sont pas de nature à se livrer facilement. Dans ce cas, vous pouvez exprimez vos pensées par écrit, comme dans un journal intime.

Si vous ne trouvez pas de personne à qui parler, vous pouvez consulter un thérapeute, un sophrologue ou une association spécialisée dans le deuil d’un conjoint, telles que la FAVEC ou la fondation OCIRP.

4. Réapprenez à aimer après le décès de votre conjoint

“Je pensais que l’amour véritable pouvait seulement arriver une seule fois dans la vie d’une personne et j’étais résolue à être fidèle à la mémoire de mon défunt mari.”

Marianne

Le deuil est épreuve violente et imprévisible. Elle s’impose à vous sans que vous y soyez préparé, ni que vous ne puissiez l’anticiper. On a donc besoin de temps pour guérir et réussir à se reconstruire. C’est un processus évolutif qui demande de la patience.

Il est difficile de remonter la pente certes, mais ce n’est pas impossible. La plupart du temps, inconsciemment, on se bloque et on refuse de retomber amoureux car on pourrait à nouveau tout perdre, et donc, à nouveau souffrir. Cependant, l’amour est avant tout un facteur d’espoir et de bonheur. Pensez au points positifs et à tout ce qu’une relation pourra vous apporter. Ce n’est pas parce que cela vous est arrivé une fois, que cela recommencera. Ne vous empêchez pas de vivre ni d’aimer à cause de cette possibilité.

N’ayez pas peur d’être vous-mêmes

Les personnes endeuillées peuvent aussi avoir peur. Restées longtemps avec leur conjoint, elles ne se sentent plus capable de séduire. Il n’y a pourtant aucune règle à maîtriser pour la séduction. Soyez vous-mêmes, et avec le temps, des occasions pourraient s’offrir à vous.

Enfin, ne comparez pas votre nouvelle relation avec votre ancienne histoire. Il est dangereux d’idolâtrer votre ancien conjoint, car le nouvel amant vous décevra en permanence.

“J’ai été à veuve à 36 ans avec 2 filles, il y a de cela 6 ans. Avec mon mari, c’était l’amour fou, la complicité, cette impression de nous connaitre depuis toujours. Que nous ça serait pour toujours ! Puis la vie en a décidé autrement.

Mais elle a aussi décidé que je rencontrerais quelqu’un à nouveau. Mon cœur s’est ouvert pour cet homme, comme ça… sans que je demande quoique soit…

Dans mon coeur, il y a désormais 2 hommes, mon mari et lui. Je pensais cela impossible…

Je voulais juste laisser ces quelques mots d’espoir, d’optimisme, sur le fait d’être à nouveau avec quelqu’un, mais aussi pour dire que la douleur s’apaise avec le temps.”

Claire

Photo de l’article : Nick Fewings